Calculs rénaux

Particulièrement douloureux, les calculs rénaux se manifestent lors de coliques néphrétiques. Leur origine ? La présence dans les voies urinaires de minuscules petites pierres composées d’oxalate de calcium ou de phosphates.

Un calcul rénal qui chemine dans les voies urinaires occasionne souvent de très fortes douleurs irradiant des lombaires vers le côté. Ces coliques néphrétiques sont dues à une augmentation de la pression dans les voies urinaires et dans le rein.

 

Des douleurs intenses

La présence d’un ou de plusieurs calculs dans les voies urinaires est le plus souvent douloureuse. Lorsque le calcul migre dans l’urètre, la douleur est intense.

Les principaux signes sont l’apparition de douleurs au flanc au niveau des lombaires, du côté du rein où se trouve le calcul. La crise de colique néphrétique due au calcul rénal, en cas de douleurs intenses, peut s’accompagner de nausées et parfois de vomissements. Au fur et à mesure de la migration du calcul dans l’urètre, la douleur descend dans l’aine et la région génitale. La douleur de la crise peut durer de quelques minutes à plusieurs heures.

 

De minuscules petites pierres

Les calculs sont formés de concrétions de différents sels minéraux. Ces petites pierres minuscules sont le plus souvent composées d’oxalate de calcium (près de 90%) dans la lithiase calcique, ou de phosphates.

Dans la plupart des cas, lorsque le calcul a une taille inférieure à cinq millimètres, il est expulsé naturellement par les voies urinaires. Plus le calcul est gros, plus l’expulsion spontanée est difficile. Certains calculs, d’un volume trop important, sont extraits lors d’une intervention urologique.

 

En cas de crise

Si vous souffrez d’une crise de coliques néphrétiques, vous pouvez prendre votre température puis un antalgique, et appliquer sur la zone douloureuse une source de chaleur. En cas de température élevée, ou de crise qui ne cède pas après l’antalgique, contactez votre médecin.

Enfin, il est conseillé d’appeler un numéro d’urgence (le SAMU au 15, ou le 112) en cas de : température corporelle anormale, impossibilité d’uriner, malaise, sang dans les urines, problème rénal antérieur, femme enceinte, etc.

 

La prévention coule de source

L’eau est la meilleure amie de la prévention de la formation de calculs rénaux. Qu’il s’agisse d’une eau de source ou de l’eau du robinet, elle favorise l’élimination urinaire et la dilution des urines.

Deux litres d’eau par jour, sauf cas particulier, sont la dose recommandée pour prévenir l’apparition de calculs rénaux. En cas de forte chaleur ou d’activité physique intense, il convient d’augmenter le volume d’eau journalier.

Pensez qu’il vaut mieux boire, quitte à se lever la nuit pour uriner, plutôt que de freiner sa consommation d’eau et risquer un blocage urinaire qui peut être dramatique en cas d’atteinte rénale.

Enfin, outre la consommation d’eau, il faut adapter son alimentation en fonction du type de calcul (oxalate de calcium ou phosphate). N’hésitez pas à demander conseil auprès de votre médecin qui saura vous indiquer le régime adapté.