Les maladies infantiles

Les premières années de vie d’un enfant sont depuis toujours les plus à risque sur le plan de sa santé. Heureusement, traitements et vaccins ont aujourd’hui très largement réduit le risque de mortalité infantile.

 

Qu’appelle-t-on maladie infantile ?

On appelle une maladie infantile une infection qui touche principalement les enfants (même si les adultes peuvent aussi être atteints) et se développe généralement dans les premières années de vie. Le terme peut donc au sens large regrouper de très nombreuses pathologies, virales ou pas, contagieuses ou pas. Néanmoins, on a l’habitude de parler de maladies infantiles pour les plus courantes d’entre elles, à savoir la varicelle, la rubéole, les oreillons et la rougeole. On inclut aussi très souvent le syndrome pieds-mains-bouche qui touche exclusivement les enfants en bas âge.

 

Un système immunitaire fragile

Pourquoi ces maladies s’attaquent-elles principalement aux enfants ? Tout simplement parce que leur système immunitaire n’est pas encore mature. L’immunité se construit ainsi pendant les premières années de vie, au fur et à mesure que l’organisme est confronté aux différents virus et bactéries.

 

Vaccin ou pas vaccin ?

Pour la plupart des maladies infantiles courantes, un vaccin a été mis au point. C’est le cas notamment pour les oreillons, la rubéole, la rougeole ou encore la varicelle. Pour la varicelle néanmoins, le vaccin n’est pas aujourd’hui préconisé en routine en France. Quand elle est possible, la vaccination est la meilleure façon de prémunir les enfants contre des maladies infantiles. La vaccination permet aussi d’éviter les épisodes d’épidémie en cas de maladies infantiles contagieuses.

 

Des maladies nécessairement bénignes ?

On croit souvent les maladies infantiles nécessairement bénignes. Mais ce n’est pas le cas. Si certaines n’entraînent jamais de complications (la roséole par exemple), d’autres peuvent avoir des conséquences bien plus dommageables et entraîner des complications et/ou engendrer des séquelles. Il est donc important de tenir le carnet de vaccination de l’enfant à jour et de consulter en cas de fièvre ou de symptômes associés à une maladie infantile.