L’ostéopathie pour les enfants

Ostéopathie et nourrisson

En vertu de l’article 3 du décret n° 2007-435 du 27 mars 2007, les ostéopathes n’ont plus le droit de traiter des bébés de moins de six mois s’ils ne disposent pas d’une autorisation médicale.

Néanmoins, l’ostéopathie peut se révéler extrêmement intéressante pour traiter les nourrissons et les bébés (par exemple ceux qui ont un aplatissement d’une partie du crâne).

En effet, cette approche donne d’excellents résultats car les jeunes enfants sont encore très souples, malléables, et les changements proposés par l’ostéopathe s’intègrent beaucoup plus facilement à l’organisme que chez les adultes.

Bien entendu, étant donné la fragilité de ces patients, l’ostéopathe utilisera des techniques adaptées.

 

Motifs de consultation

On peut être amené à consulter un ostéopathe pour son enfant pour toutes sortes de troubles. Les problèmes d’équilibre ou les douleurs sont loin d’être les seuls motifs de consultation.

En effet, il est possible de se rendre chez un ostéopathe pour corriger :

  • d’éventuelles lésions ostéopathiques suite à l’accouchement,
  • des troubles digestifs (reflux gastro-œsophagiens, maux de ventre, etc.),
  • des difficultés d’endormissement (insomnie) ou des troubles du sommeil en général,
  • des troubles ORL chroniques (otites, sinusites, rhinopharyngites…),
  • parfois des troubles du comportement (hyperactivité, fatigue chronique, stress),
  • tous les troubles articulaires plus classiques.

Remarque : les enfants autistes ou trisomiques peuvent bénéficier de l’ostéopathie pour se sentir le mieux possible dans leur corps, malgré leur handicap.

 

En revanche, les ostéopathes ne traitent pas les infections ou certaines maladies inflammatoires en phase aiguë.