La sinusite

La sinusite (ou rhinosinusite) est une affection fréquente. Elle désigne l’inflammation de la muqueuse qui tapisse l’intérieur des sinus : petites cavités osseuses situées dans les os du visage (réparties en 4 paires) communiquant vers les fosses nasales par de minuscules ouvertures.

La sinusite aiguë est habituellement causée par une infection virale ou bactérienne. La sinusite chronique est principalement liée à une allergie (pollen, acarien, poils de chat…). Les causes moins fréquentes sont une infection par un champignon, une irritation par le tabac ou la pollution atmosphérique, la présence d’un polype, une déviation de la cloison nasale, un abcès dentaire qui se propage vers les sinus…

Lors d’une sinusite, la muqueuse enfle et produit une quantité anormale de mucus qui ne peut plus être drainée normalement vers le nez provoquant alors la douleur et la sensation de pression au visage typique d’une sinusite. En s’obstruant, la cavité devient alors un milieu favorable au développement bactérien, lui-même responsable de l’inflammation de la muqueuse…un cercle vicieux s’installe.

Comment différentier une sinusite d’une rhinite, appelée aussi un rhume (inflammation de la muqueuse des fosses nasales) ? Faisant dans la majorité des cas suite à une rhinite (infectieuse ou allergique), on sent « qu’il reste quelque chose » avec une sensation de pesanteur sous les orbites, d’une tête très lourde quand on la penche en avant, de nez obstinément bouché et d’avaler en permanence des sécrétions.

Devant les symptômes d’une sinusite, il faut consulter. La prise en charge permet de soigner correctement la sinusite aiguë et d’éviter ainsi un passage à la chronicité, mais elle permet aussi de traiter la cause sans jacente (polype, déviation de la cloison nasale…).

Accompagnée de soins locaux (pulvérisations, aérosols nasales…), la prise orale d’antibiotiques et d’anti-inflammatoires s’avère souvent indispensable pour juguler le cercle vicieux de l’inflammation et de l’infection.

En cas de passage au stade chronique, il faudra recourir aux ponctions sous anesthésie locale, voire à l’ouverture chirurgicale des orifices. Ces techniques se font maintenant sous endoscopie, ce qui augmente considérablement leur efficacité.