Le glaucome

Il est recommandé de se faire ausculter régulièrement les yeux. Les troubles de la vision deviennent de plus en plus fréquents avec l’âge.

Le rythme idéal est tous les deux ans à partir de 45 ans et tous les ans à partir de 60 ans .

Un suivi médical régulier permet de surveiller les éventuelles maladies comme le glaucome et de prévenir les complications.

 

Quest ce quun glaucome ?

C’est un problème majeur de santé publique et dans l’idéal il faudrait un dépistage systématique sur la population des plus de 40 ans.

Le glaucome est une maladie neuropathie oculaire difficile à dépister. Le nerf optique se détériore et les images ne sont plus transmises au cerveau. Le patient atteint de cette maladie ne souffre pas mais perd doucement la vision de manière totalement indolore et sans en être conscient. Il se rendra compte de ses altérations visuelles quand son nerf sera détruit à 90%.

En France, un million de personnes souffrent d’un glaucome, 800 000 d’entre elles sont suivies mais on estime que 400 000 malades ne sont pas identifiés.

 

Les caractéristiques du glaucome

Les origines sont assez mal connues mais plusieurs facteurs peuvent déclencher un glaucome. Souvent une forte pression de l’humeur aqueuse de l’oeil est trouvée. C’est le cas chez la majorité des gens touchés. Même si toute personne ayant une forte pression dans l’oeil ne souffre pas forcement d’un glaucome.

Cette pression se calcule par un tonométre. Elle dégrade les cellules nerveuses du nerf optique et fait des lésions irréversibles. Les images n’atteindront plus le cerveau.

Le glaucome est la deuxième raison de cécité dans les pays développés après la DMLA.

 

Le diagnostic du glaucome.

Lorsque vous vous rendrez dans le Centre Médical et Esthétique Auber, l’ophtalmologiste devra pratiquer un examen du fond de l’oeil. Pour cela, il faut dilater l’iris grâce à un collyre. C’est seulement de cette manière que l’on peut observer l’émergence du nerf optique qui s’appelle la papille. Si l’oeil souffre d’un glaucome la papille se creuse. On dit qu’elle est excavée.

Il faut aussi vérifier la pression de l’oeil. Dans 70 % des cas, il y a une hypertonie, c’est à dire une forte pression de l’humeur aqueuse dans l’oeil. Mais le diagnostic ne peut pas se baser que sur ce symptôme : certaines personnes ne souffrent pas d’hypertonie et ont un glaucome et d’autres personnes qui souffrent d’hypertonie n’ont pas de glaucome.

Enfin pour confirmer son diagnostic, le spécialiste vérifie la capacité du champ visuel. Celui-ci commence à être altéré lorsque 40% du nerf optique est détruit. Le patient a l’impression de regarder la vie à travers un tube.

 

Les traitements.

Il est possible d’arrêter l’évolution d’un glaucome mais malheureusement la capacité visuelle perdue ne peut pas être récupérée.

Les médicaments vont chercher à diminuer l’hypertonie oculaire et de nombreux traitements existent comme les collyres Bêta-bloquant. Si ces traitements ne suffisent pas, il faudra envisager une petite intervention au laser. Cette intervention effectue une petite photocoagulation sélective de l’angle irido-cornéen pour faciliter l’écoulement de l’humeur aqueuse. Celle-ci se trouve dans un petit compartiment entre la cornée et l’iris.

Enfin, il demeure l’intervention chirurgicale qui est tout à fait bénigne. Elle se nomme la trabulectomie, il s’agit toujours d’effectuer l’ablation du tissu de l’angle irido cornéen pour permettre d’évacuer l’humeur aqueuse. Elle permet de faire baisser la pression oculaire et le mal n’évolue plus.

Le glaucome est une maladie grave et aujourd’hui la médecine et la chirurgie sont en mesure de la maitriser.

C’est à chacun d’entre nous d’être assez  sérieux pour se faire ausculter régulièrement les yeux pour éviter les effets néfastes d’un glaucome.