La kératite

Vous avez une douleur à l’œil et vous ne supportez plus la lumière. Et si vous souffriez d’une kératite ? Cette inflammation de la cornée, si elle n’est pas traitée à temps, peut être lourde de conséquences pour votre vue.

Souvent liée à une infection, elle touche essentiellement les porteurs de lentilles ophtalmiques, mais pas seulement. Ses origines peuvent être variées, allant d’un mauvais entretien des lentilles de contact à la présence de virus, dont celui de l’herpès.

 

La kératite superficielle

Dans la kératite superficielle, l’inflammation n’atteint que les cellules de la couche superficielle de la cornée. Peuvent être en cause, les lentilles ophtalmiques portées longtemps ou mal nettoyées, des gaz ou des aérosols agressifs, voire une mauvaise hydratation de l’œil par une carence en larmes.

Elle s’accompagne d’une douleur intense et d’un larmoiement. Souvent, les personnes qui en sont atteintes évitent la lumière, car elle augmente la douleur. Lorsqu’à la kératite s’ajoute une conjonctivite et ses rougeurs à l’œil, on parle de kérato-conjonctivite.

 

La kératite profonde

Dans la kératite profonde, l’inflammation atteint les cellules des couches plus en profondeur de la cornée. Ses manifestations sont douloureuses, et s’accompagnent de larmoiement et de gêne à la lumière. Contrairement à la kératite superficielle, la kératite profonde peut générer des lésions potentiellement graves pour la vue. Cette forme est parfois liée au virus de l’herpès.

 

Vite, un diagnostic !

Toutes les formes de kératite requièrent un traitement rapide. La douleur et la nécessité de connaître l’origine afin d’adopter les meilleurs soins, concourent à la consultation spécialisée, rapidement.

Le médecin ophtalmologue pratiquera un examen afin d’établir un diagnostic. Il utilisera un ophtalmoscope pour visualiser l’état de la cornée. En cas de kératite avérée, il observera les lésions de la cornée, et choisira le traitement adapté.

 

Une palette de traitements

Le spécialiste dispose d’une palette de traitements. Une fois le diagnostic établi, il choisira le plus adapté en fonction du type de kératite et des symptômes.

Les collyres ophtalmologiques figurent en bonne place dans la palette médicamenteuse, accompagnés, selon les cas, de pommades ophtalmologiques. Pour ceux qui souffrent d’une mauvaise hydratation des yeux, des larmes artificielles peuvent être proposées. La gêne occasionnée par la lumière est améliorée par le port d’un pansement, soulageant l’œil pendant une durée déterminée.

Pour les porteurs de lentilles ophtalmiques, des conseils d’hygiène au quotidien sont à rappeler. Les lentilles doivent être nettoyées avec un liquide adapté et non de l’eau courante. Il est aussi recommandé de bien respecter la durée de port des lentilles. Le lavage des mains avant la manipulation des lentilles est aussi fortement conseillé.

Enfin, pour protéger sa cornée, quelques précautions simples et de bon sens s’imposent comme le port de lunettes de soleil ou de protection, selon les besoins.