Troubles bipolaires

Pour les définir, on pourrait dire que ce sont des troubles anormaux de l’humeur et de la personnalité. Les premiers symptômes apparaissent entre 15 et 25 ans, ils touchent 1 à 2% de la population.

 

La bipolarité est une maladie psychiatrique.

 C’est un trouble mental qui empêche une régulation de l’humeur. Le patient vit des périodes avec des personnalités différentes et excessives. C’est ce que l’on appelle des alternances des pôles.

Le malade connaît des périodes de dépression et de manies. Son comportement excessivement négatif dure au minimum une semaine et met en évidence une altération du fonctionnement. Ces moments sont dangereux et peuvent conduire le malade à l’hôpital. Il souffre d’hallucinations, de délires ou de paranoïa.

Les périodes d’excitation sont toutes aussi dangereuses. La personne est plus fonctionnelle que d’habitude, a beaucoup d’entrain à cause d’une forte augmentation de l’énergie, elle fait preuve d’une meilleure concentration et les relations sociales sont plus faciles.

Le malade aime ces moments d’hypomanie. Il refuse de se faire soigner pour le plaisir qu’il ressent dans ces moments là, il peut pourtant aussi se mettre en danger.

Entre ces deux sortes de comportements excessifs, la personne peut vivre des épisodes de sa vie tout à fait normaux.

 

Le diagnostic des troubles bipolaires.

Les généralistes et les psychiatres du Centre Médical Auber se trouvent souvent face à des patients qui sont en phase de dépression.

Le diagnostic de la bipolarité n’est pas évident à faire tout de suite. Il faut procéder par élimination : être certain qu’il ne s’agit pas tout simplement d’une dépression, d’un problème de thyroïde ou de schizophrénie. Il y a aussi tout un interrogatoire sur les antécédents du patient et les antécédents familiaux.

Pour les personnes vulnérables, il existe des facteurs déclencheurs comme la drogue, des stimulants ou des manques de sommeil. La maladie peut aussi être héréditaire. Il se peut que les troubles soient constatés de manière isolée sans alerter, la maladie s’installe sur plusieurs années.

 

Les traitements.

Comme les malades aiment leurs périodes d’excitation, les traitements ne sont pas toujours suivis comme ils devraient l’être. Mais les médicaments existent, ils évitent les périodes d’excitation et de dépression. Si elles ne sont pas soignées, elles se rapprochent et deviennent de plus en plus fréquentes.

Les traitements ni ne stimulent ni ne calment. Ils sont là pour stabiliser l’humeur. Ils doivent être pris consciencieusement, quotidiennement et à vie.