Pédopsychiatrie

Les pédopsychiatres n’existent que depuis quarante ans. Pendant longtemps la souffrance de l’enfant n’a pas été prise en considération. On ne pensait même pas à donner un antalgique à un bébé qui souffrait.

Notre société a évolué et aujourd’hui, la différence est faite entre la souffrance de l’enfant et celle de l’adulte. L’enfant et l’adolescent ont  aussi besoin de psychiatres. Les consultations ont triplé en France ces cinq dernières années.

 

La souffrance psychique de lenfant.

Elle peut être identique à celle de l’adulte même si on sait aujourd’hui que le cerveau des enfants a une plasticité et peut évoluer. Si l’origine du problème est trouvée, il est possible de rassurer l’enfant et faire en sorte que son cerveau évolue pour s’adapter. C’est en cela que la pédopsychiatrie est intéressante.

Au Centre Médical Auber, des pédopsychiatres sont là pour aider les enfants qui montrent certains troubles du comportement. La séance ne se passe pas comme celle d’un adulte car il faut instaurer un climat de confiance. Les parents sont là et une personne du milieu scolaire peut aussi être sollicitée.

Un parent qui emmène son enfant consulter un pédopsychiatre au Centre Médical Auber, sent ou devine que le comportement de son enfant n’est pas tout à fait celui qu’il devrait être. Sans s’alarmer tout de suite, il faut être vigilant, le suicide est la deuxième cause de mortalité chez les jeunes.

 

Lautisme, lanxiété, la dépression

L’autisme est une pathologie à part. Dès les premiers mois, l’enfant montre un développement particulier. Il souffre de troubles de comportement humain et de communication. Les enfants autistes ont besoin d’un pédopsychiatre et d’une équipe pluridisciplinaire qui fera tout pour que l’enfant progresse.

Sinon, l’enfant peut souffrir d’anxiété qui se manifeste sous de multiples formes : il peut refuser d’aller à l’école, sortir de la maison ou son comportement est exagérément inadapté face à une situation du quotidien.

Autant un enfant peut connaître une phobie scolaire, autant un adolescent peut ne pas surmonter un stress ou a une énorme peur de l’échec.Celui-ci peut sombrer dans une dépression qu’il faut savoir déceler. Des signes comme la prise de poids, une fatigue exagérée ou la tristesse sont des alertes.

Les adolescents ont trois préoccupations : la sexualité, l’acné et le poids. La majorité de ces jeunes surmontent ces problèmes mais d’autres vont avoir besoin de l’aide d’un pédopsychiatre.

 

Lhyperactivité

Un enfant qui ne tient pas en place, perturbe le fonctionnement d’une famille équilibrée, ne peut pas se poser à l’école pour écouter, peut souffrir d’hyperactivité et de troubles de l’attention.

Mais il faut toujours rester prudent avec tous les diagnostics. Il ne faut pas chercher à calmer à tout prix l’enfant turbulent.

 

Les troubles du comportement alimentaires

 

L’anorexie, la boulimie, l’obésité sont aussi des souffrances que connaissent les jeunes. Là encore, il faut aller consulter un pédopsychiatre pour connaître l’origine du problème ou le traumatisme qui a déclenché ce comportement inapproprié

Si la pédopsychiatrie demande douze ans d’études, c’est que cette spécialité requiert de la prudence et de l’expérience. Tout doit être pris en compte, surtout le milieu familial, l’histoire de l’enfant et même les antécédents familiaux. Si l’enfant a un parent qui a fait une dépression, il y a aussi des risques qu’il en fasse une. Les traitements existent pour calmer ou rassurer, ils sont souvent une aide précieuse mais pas une solution. Il faut vraiment trouver l’origine du mal.