La toxicomanie

Pour palier aux difficultés qu’ils rencontrent dans leur quotidien, certaines personnes se réfugient dans l’addiction et la toxicomanie. Elle est devenue aujourd’hui  un problème de santé publique. Le nombre de personnes dépendantes ne cesse de croître.

Le toxicomane souffre de dépendances physiques et psychologiques à une ou plusieurs substances reconnues nocives. La personne qui se drogue a besoin d’une aide médicale pour s’arrêter. Même si elle possède la volonté de guérir, il lui manque la force.

Les médecins et les psychiatres du Centre Médical Auber sont en mesure de guérir les toxicodépendants.

 

La toxicomanie est une maladie.

Au moment où un individu se drogue, les circuits des neurones faits pour l’appréciation du plaisir, sont hypersensibles aux substances et provoquent un plaisir extraordinaire. Tout le monde n’a pas la même sensibilité, il est évident que certains sont plus vulnérables que d’autres et apprécient particulièrement ce plaisir.

Chez le toxicomane, la drogue finit par diminuer la plasticité du cerveau et la dépendance se fait de manière insidieuse. La consommation de drogue crée une accoutumance car l’organisme finit par s’habituer à une dose et il devient nécessaire de l’augmenter pour retrouver les premières sensations. C’est ainsi que se crée une modification cérébrale et le drogué devient incapable de contrôler sa consommation. Il recherche continuellement les premiers effets ressentis et ne pense plus qu’à cela. Il s’agit à la fois de  l’accoutumance et de la dépendance.

 

Comment soigner un toxicomane ?

Il faut tenir compte qu’il y a la dépendance physique et aussi psychologique. Le toxicomane a très peur de s’arrêter mais il est conscient qu’il doit le faire pour retrouver une saveur à la vie et continuer à vivre tout simplement.

Le sevrage peut être douloureux. Le corps attend sa dose de drogue qui endormait beaucoup de sensations. Il n’est plus aidé, le patient ressent alors toute douleur de manière exagérée.

C’est pour cela qu’une aide médicamenteuse est nécessaire. Le médecin fait en sorte que la douleur soit atténuée et que l’effet de manque ne se ressente pas trop. C’est important, ainsi le patient garde et retrouve sa dignité. Il peut se reconstruire physiquement. Cette aide réduit l’angoisse face à la peur du manque. Mais elle ne peut pas suffire.

Si la personne a eu besoin de se droguer pour vivre, c’est qu’elle possédait une fragilité psychologique.

 

Le Centre Médical Auber offre ce soutien physique mais aussi psychologique.

 

Une fois la période du sevrage passée, la prise en charge psychologique est indispensable pour éviter la rechute. Il faut qu’une relation de confiance s’installe entre le malade et le médecin. Le médecin doit consacrer du temps, écouter l’histoire et rechercher la cause de cette prise de drogue. Cette période peut durer jusqu’à deux ans.

C’est aussi au médecin de surveiller l’état physique du patient qui devra gérer les complications que peut entraîner un sevrage.