Les fibromes

Qu’est-ce qu’un fibrome ?

Le fibrome est une tumeur bénigne qui peut se développer dans différents tissus de l’organisme, mais n’évolue jamais en cancer.

Il existe plusieurs types de fibromes en fonction de leur localisation :

  • Dans la cavité de l’utérus, c’est le fibrome intracavitaire ou sous-muqueux, aussi appelé myome ou fibromyome
  • Dans l’épaisseur du muscle utérin, c’est le fibrome interstitiel
  • Dans le bassin, c’est le fibrome sous-séreux

La taille du fibrome varie d’une taille microscopique à plusieurs centaines de grammes.

 

Quelles sont les causes du fibrome ?

 Les raisons exactes du développement du fibrome demeurent inconnues. Mais sa formation résulte d’une prolifération de cellules musculaires. Les sécrétions hormonales peuvent l’amplifier et favoriser son développement, notamment les œstrogènes, c’est pour cette raison qu’il n’est pas rare de voir se développer un fibrome lors d’une grossesse.

 

Quelles sont les femmes les plus touchées par les fibromes ?

Les femmes entre 30 et 50 ans sont les plus touchées, certaines catégories de population sont statistiquement plus susceptibles de développer des fibromes utérins :

  • L’hérédité ;
  • L’ethnicité : les femmes d’origine africaine ont plus de risques de développer un fibrome. Les fibromes touchent entre 20% et 40% des femmes à peau blanche et 50% des femmes à peau noire ;
  • La nulliparité de la femme ;
  • Et l’obésité.

 

Quels sont les symptômes du fibrome ?

Les symptômes du fibrome ne sont pas systématiques, et dépendent de leur localisation :

  • Les fibromes utérins peuvent provoquer des règles avec des ménorragies, c’est-à-dire  des règles anormalement abondantes, longues, présentant des caillots et/ou des métrorragies, c’est-à-dire des saignements en dehors des périodes de menstruation ;
  • Les fibromes qui se développent à l’extérieur de l’utérus peuvent être la cause d’incontinence urinaire ou de constipation selon les organes qu’ils compriment (vessie, côlon, rectum).

D’autres symptômes sont possibles : l’abdomen qui gonfle, une sensation de lourdeur pelvienne, un mal de dos, l’infertilité.

 

Cependant, certains fibromes peuvent être asymptomatiques et n’avoir aucune conséquence clinique, dans ce cas, ils ne nécessitent pas de traitement, seulement une surveillance régulière de leur développement.

 

Quels sont les examens de diagnostic du fibrome ?

Si le fibrome est volumineux, le médecin peut le diagnostiquer grâce à un toucher vaginal, rectal ou une palpation abdominale. Mais pour déterminer sa localisation et sa dimension exacte l’échographie, l’IRM, l’hystéroscopie (examen par endoscope qui est une mini caméra en bout de tube) et l’hystérographie (utilisation de rayon X) sont nécessaires.

 

Quels sont les traitements possibles du fibrome ?

Les traitements du fibrome varient en fonction de leur localisation et de leur taille, ils sont plus ou moins invasifs.

Le traitement peut être médicamenteux, s’il s’agit notamment du traitement des symptômes (saignements ou maux divers). Les hormones progestatives (pilule ou certains stérilets) constituent un traitement hémostatique efficace. Pour empêcher la prise de volume du fibrome, il est possible de simuler une ménopause, ainsi le fibrome privé d’hormones s’atrophie et diminue.

Le traitement peut être chirurgical, il s’agit alors de réaliser une ablation du fibrome, qui cependant peut réapparaître. Si le traitement médicamenteux ne fonctionne pas ou que le fibrome présente un volume trop important, le fibrome peut être traité par différents types de chirurgie comportant plus ou moins de conséquences pour la fertilité. Le choix du traitement est donc fait en fonction de la patiente et de son désir d’enfanter.

 

Enfin, de façon moins invasive, un traitement par ultrasons focalisés (FUS) s’est développé, cela permet la destruction de la tumeur bénigne. Le résultat est immédiat et le traitement est rapide et bien supporté, mais nécessite que la patiente réponde à certains critères.