Contraceptions

Hormonaux, locaux, ou naturels, les moyens de contraception permettent  d’éviter une grossesse non souhaitée ou prévue. Pour bien choisir sa contraception, le dialogue et l’information sont essentiels.

 

La contraception hormonale

Ce mode de contraception nécessite une consultation médicale, car il existe des contre-indications. Basée sur la diffusion d’hormones féminines dans le sang, elle se présente sous différentes formes.

– La pilule : c’est une plaquette de 28 comprimés. La pilule doit être prise chaque jour. Il est important de ne pas l’oublier, sinon le risque de grossesse existe.

– Le patch : il s’agit d’un timbre autocollant qui contient des hormones. Collé sur la peau, le patch diffuse ses hormones à travers les tissus de la peau.

– L’anneau vaginal : placé dans le vagin, cet anneau diffuse les hormones en continu.

 

D’autres méthodes de contraception hormonale existent, comme le quick start (pour débuter une prise de pilule à tout moment du cycle), les injections (pour celles qui ne craignent pas les piqûres), l’implant (introduit sous la peau sous anesthésie locale), ou le stérilet (placé dans l’utérus).

 

 La contraception locale

Qu’il s’agisse du préservatif féminin, du diaphragme, ou autre, leur action est locale.

– Le préservatif féminin : d’une matière peu allergisante, il se place dans le vagin. Il est aussi appelé « fémidom » ou « préso ».

– Le diaphragme : cette membrane souple, s’introduit au fond du vagin.

– La cape cervicale : ce dôme souple en silicone, s’utilise comme le diaphragme.

– Les spermicides : ils existent sous la forme de gel, d’ovule ou d’éponge, et se placent dans le vagin quelques minutes avant le rapport sexuel.

Vous pouvez en parler avec votre médecin, ou un spécialiste, qui vous conseillera.

 

 

Les méthodes naturelles

Si ces méthodes ont l’avantage d’être naturelles, leur efficacité est néanmoins aléatoire.

– La méthode Ogino : appelée aussi méthode de la température, elle consiste à s’abstenir de rapports sexuels pendant la période d’ovulation. L’ovulation est calculée avec la courbe de la température, qui augmente légèrement pendant les jours de fertilité.

– Le retrait : cette méthode est aussi appelée « coït interrompu ». Lors du rapport sexuel, l’homme doit se retirer avant d’éjaculer.

D’autres méthodes naturelles existent comme la méthode Billings (observation des glaires cervico-vaginales), ou les rapports sexuels sans pénétration.

 

 

Pour les urgences

Pilule oubliée, pas de contraception, préservatif qui perce… les urgences en matière de contraception ne sont pas rares. Pour ces cas, il est le plus souvent proposé une pilule dite d’urgence, à prendre le plus tôt possible.

 

 

Les hommes aussi

Concernés tout autant que les femmes, les hommes disposent aussi de moyens de contraception. Le plus courant, est le préservatif. Cette gaine en latex se place sur le pénis, au moment du rapport sexuel.

Enfin, d’autres méthodes existent, à destination des hommes et des femmes, mais elles proposent une contraception définitive. Il s’agit de la stérilisation à visée contraceptive pour les femmes et de la vasectomie pour les hommes.