Les anomalies de la prostate et du rectum

Le toucher rectal est un examen commun et indispensable à l’exploration du rectum et de la prostate. Le toucher rectal permet notamment chez l’homme d’examiner la prostate, sa consistance, sa taille, son aspect ; mais aussi dans les deux sexes de suspecter certaines maladies comme certains cancers du rectum bas situés ou du canal anal, ou des hémorroïdes internes. Il est également pratiqué pour procéder à l’évacuation d’un fécalome, un bouchon de selles dures.

 

Quoiqu’inconfortable, le toucher rectale n’est pas douloureux. Il consiste à introduire un doigt, l’index, coiffé d’une protection généralement en latex appelée doigtier, qui aura au préalable été lubrifié, au niveau de l’anus. Le patient peut être soit en position dite genu-pectorale c’est-à-dire à genou sur la table d’examen et penché en avant, soit sur le dos, jambes repliées.

 

En palpant la prostate, le médecin peut mettre en évidence une augmentation de son volume par exemple. Cette augmentation de volume est présente dans une pathologie très fréquente, l’adénome ou hyperplasie bénigne de la prostate (presque tous les hommes de plus de 70 ans ont un adénome de la prostate), la prostatite ou encore le cancer de la prostate.

 

Le toucher rectal est la première étape dans la recherche d’un cancer de la prostate et est avant tout recommandé aux hommes âgés de 50 ans et plus, une fois par an, par leur médecin traitant, pour dépister la maladie au stade le plus précoce.

 

La consultation est aussi souhaitable devant tout symptôme faisant suspecter une anomalie de la prostate : à savoir les signes d’une incontinence urinaire (besoin d’uriner souvent, surtout la nuit, jet d’urine faible, sensation de ne pas avoir complétement vider la vessie, du mal à commencer à uriner ou au contraire à retenir l’urine…) et les signes liés un trouble sexuel (érection difficile, sang dans le sperme, douleur au moment de l’éjaculation…).

 

La consultation s’impose aussi devant tout symptôme faisant suspecter une anomalie du rectum : douleurs (plus ou moins intense, associée ou non à de la fièvre, à l’émission de selles, ou en dehors des selles, s’amplifiant en position assise…), démangeaisons anales, ou écoulements de sang ou de pus (à l’émission de selles ou en dehors). Parmi les pathologies du rectum (et anus), les plus fréquentes sont les hémorroïdes et la fissure anale ; d’autres sont moins fréquents comme l’abcès ou la fistule anale et le cancer.