Le cancer colorectal

Le cancer colorectal est le 3ème cancer le plus fréquent et la 2 ème cause de mortalité par cancer. Dans 95 % des cas, le cancer colorectal survient chez des personnes de plus de 50 ans. Plus un cancer est diagnostiqué tôt, mieux il se soigne, et plus les chances de survie sont importantes. Le dépistage du cancer colorectal est possible.

Vous avez entre 50 et 74 ans ? Vous recevez tous les deux ans, un courrier vous invitant à retirer un test de dépistage auprès de votre médecin traitant, à l’occasion d’une consultation. Si votre médecin traitant le juge utile, il vous remet ce test de dépistage du cancer colorectal et vous explique comment l’utiliser à la maison. Les résultats du test vous seront adressés, ainsi qu’à votre médecin traitant, dans un délai de quinze jours.

Si le test de dépistage du cancer colorectal est négatif. Dans 97 % des cas, le test est négatif. Vous devrez toutefois refaire ce test tous les deux ans, au moins jusqu’à vos 74 ans, afin d’assurer une surveillance régulière. Durant cette période, surveillez tout trouble du transit inhabituel et persistant : diarrhée, constipation, sang dans les selles….

Si le test de dépistage du cancer colorectal est positif, cela signifie que du sang a été retrouvé dans vos selles. Cela ne veut pas dire pour autant que vous avez un cancer. C’est pourquoi votre médecin traitant vous prescrira une coloscopie afin de vérifier si des anomalies sont présentes ou pas dans votre côlon ou votre rectum.

La coloscopie consiste à introduire dans le rectum puis le côlon un tube souple muni d’une caméra vidéo afin de visualiser les parois internes. Si des lésions sont détectées, une pince permet d’effectuer des biopsies ou de les retirer (polypes…) pour pouvoir, ensuite, les analyser. Si des lésions cancéreuses sont détectées, un bilan complémentaire sera réalisé : dosage sanguin d’un marqueur tumoral, examens radiologiques…

Le seul traitement des cancers du côlon est l’ablation chirurgicale complétée éventuellement par de la chimiothérapie.