La cirrhose

La cirrhose est une maladie du foie qui endommage cet organe digestif. Elle peut être stable, ou bien évoluer. Mais elle ne peut pas régresser : une fois installée, elle est toujours définitive. Un cancer du foie peut aussi survenir dans les 15 à 20 ans après le début de la cirrhose.

L’abus d’alcool en est la cause principale (50 à 75 % des cas). Elle peut aussi survenir à la suite d’une hépatite virale chronique (25 à 30 % des cas) ou d’autres maladies rares comme des maladies métaboliques (responsables d’accumulation de graisses au niveau du foie par exemple) ou auto-immunes (environ 5%).

Au cours de la cirrhose, le foie est envahi de structures fibreuses qui gênent le fonctionnement des cellules spécifiques du foie ou hépatocytes (et les détruits à terme) et du foie en général. Le foie ne peut plus remplir ses fonctions normales et vitales pour l’organisme, comme celui de filtrer les déchets ou de produire la bile.

Autre conséquence, c’est l’augmentation de la pression à l’intérieur du système veineux portal (qui conduit le sang en provenance de l’appareil digestif jusqu’au foie) dite hypertension portale. Elle favorise la formation de varices dans l’œsophage. Le risque de rupture de ces varices est important, et donne des hémorragies digestives massives, une urgence médicale vitale.

La cirrhose du foie est une maladie qui pendant longtemps n’entraîne ni symptôme ni douleur : c’est le stade de cirrhose compensée. Le diagnostic est souvent réalisé alors que le patient consulte pour un autre motif. Un bilan incluant des analyses sanguines, des examens d’imagerie et une biopsie confirme le diagnostic.

L’évolution de la cirrhose du foie vers la décompensation, stade où le foie n’est plus capable d’assurer pleinement ses fonctions, peut être retardée par un changement d’hygiène de vie, le traitement de la cause de la maladie, et la prise en charge des facteurs aggravants.