Les problèmes de cholestérol

La dyslipidémie ou cholestérol traduit une modification pathologique du taux de lipides (graisses) sanguin. Les lipides, sont en quantité trop importante dans le sang. A terme,  cela provoque un phénomène d’athérosclérose. Il s’agit d’un mécanisme inflammatoire artériel chronique aboutissant à une diminution du calibre de l’artère.

Les conséquences de l’athérosclérose sont les complications vasculaires : coronaires (infarctus du myocarde), cérébraux (AVC) ou autres telle que l’artériopathie oblitérante des membres inférieurs.

On évalue le taux de lipides circulants à l’aide d’une prise de sang appelée « exploration d’une anomalie lipidique (EAL) ». Celle- ci se réalise au laboratoire  après 12h de jeûne. L’EAL explore le taux de :

–          LDLc ou « mauvais cholestérol » : c’est la forme la plus athérogène du cholestérol

–          HDLc ou « bon cholestérol » : il est non athérogène voire protecteur si son taux est élevé

–      Triglycérides ou TG : un taux élevé reflète un surpoids et/ou une alimentation trop riche en glucides (sucres) simples et alcool.

Pour connaitre l’objectif du taux de LDLc pour un patient, il faut prendre en compte l’ensemble de ces facteurs de risques cardio vasculaires à savoir :

–          Age (homme de 50 ans ou plus ou femme de 60 ans ou plus)

–          Antécédents familiaux de maladie coronaire précoce

–          HTA permanente traitée ou non

–          Tabagisme actif ou sevré depuis moins  de 3 ans

–          Diabète de type 2 traité ou non

–          HDLc <0.40g/L    (un taux > 0.60 g/L est au contraire protecteur)

Il existe plusieurs formes de cholestérol : une hypercholestérolémie isolée (LDLc élevé), mixte (LDLc et TG élevés) ou encore une hypertriglycéridémie isolée (TG élevées mais LDLc normal).

Différentes causes peuvent être à l’origine du cholestérol : alimentation trop riche, facteur familial, ou secondaire due à certains médicaments ou pathologies (pilule œstro-progestative, corticoides, hypothyroidie, cholestase…).

Quand un taux trop élevé de cholestérol est détecté,  il faut prendre en compte les autres facteurs de risques cardio-vasculaires cités ci-dessus.

Votre médecin établit ainsi votre risque cardio vasculaire. S’il s’agit d’un haut risque, il choisira de traiter d’emblée avec un médicament hypocholestérolémiant : une statine.

Sinon, des mesures hygiéno-diététiques sont  expliquées au patient : alimentation équilibrée moins riche, activité sportive, perte de poids…. Elles seront à suivre pendant au moins 3 mois avant de recontrôler l’EAL. Des mesures hygiéno-diététiques bien suivies peuvent à elles seules permettre de normaliser le bilan sanguin et ainsi éviter l’instauration d’un traitement médicamenteux. Si malgré cela le taux de LDLc reste trop élevé, l’introduction d’un médicament est recommandée.  C’est ce qu’on appelle la prévention primaire : agir avant que la complication vasculaire survienne.

Parfois, quel que soit le taux de cholestérol, et même s’il est normal on introduit une statine. C’est le cas si le patient a déjà été victime d’une complication vasculaire type AVC ou infarctus du myocarde. Dans cette situation on parle de prévention secondaire.