Les maladies liées à l’hypophyse

L’hypophyse ou glande pituitaire est située à la base du cerveau dans une région appelée la selle turcique. Elle est reliée à une partie du cerveau, l’hypothalamus, via la tige pituitaire.

Le rôle de l’hypophyse est la production d’hormones, soit directement (prolactine, hormone de croissance), soit grâce au contrôle d’autres glandes (thyroïde, surrénales).

 

Il existe une pathologie de l’hypophyse appelée adénome hypophysaire. L’adénome est une tumeur bénigne (non cancéreuse) qui se développe à partir de l’hypophyse.

En fonction de leur taille et de leur caractère à sécréter ou non, les adénomes peuvent donner 3 types de signes qui permettront d’évoquer le diagnostic :

–     Syndrome tumoral : l’adénome en grossissant va compresser le chiasma optique tout proche de l’hypophyse. Le syndrome tumoral hypophysaire correspond à des troubles visuels associés à des céphalées (maux de tête)

–          Syndrome d’hypersécrétion hormonale : l’adénome sécrète une hormone hypophysaire en excès.

Il peut s’agir d’une sécrétion :

  • De prolactine (hyperprolactinémie) : les symptômes peuvent être la disparition des règles chez la femme (aménorrhée) ou encore une galactorrhée (émission de lait par le mamelon)
  • D’ ACTH, qui va entrainer une surproduction de cortisol par les glandes surrénales, provoquant un syndrome de Cushing
  • D’hormone de croissance (GH) entrainant une acromégalie (grande taille des extrémités du corps)
  • De TSH conduisant à une hyperthyroïdie

 

–          Un syndrome d’insuffisance anté hypophysaire : l’adénome atteint un certain volume et comprime la glande hypophyse, ceci perturbe son fonctionnement et elle ne peut plus sécréter normalement. La conséquence est une insuffisance de certaines hormones.

 

 

Face aux symptômes provoqués par l’adénome hypophysaire, votre médecin évoquera cette cause. Des dosages sanguins seront réalisés, ainsi qu’un bilan ophtalmologique et une imagerie cérébrale par résonnance magnétique (IRM cérébrale). C’est l’endocrinologue qui s’occupe du suivi de la pathologie.

 

Il n’existe pas de traitement médicamenteux permettant d’éliminer l’adénome. Certains traitement permettent parfois selon le type d’adénome de diminuer, voire bloquer, la sécrétion excessive d’une hormone.  Dans le cas contraire, le traitement est chirurgical.

L’opération se déroule sous anesthésie générale et est effectuée par un neurochirurgien.  Selon les situations et malgré l’opération, la prise de traitement hormonal reste nécessaire. Une radiothérapie peut également être indiquée.