Les maladies de la thyroïde

La thyroïde est une glande située à la base du cou dans sa partie antérieure. Elle est composée de 2 lobes. La thyroïde sécrète dans le sang des hormones nécessaires à la régulation du métabolisme du corps. Ainsi elle interfère sur différents paramètres : température corporelle, fréquence cardiaque, poids, nervosité, transit intestinal….

La sécrétion des hormones thyroïdienne (T3, T4 et calcitonine)  est conditionnée par le taux de TSH ainsi qu’un apport suffisant en iode. La TSH est une hormone sécrétée par une glande dans le cerveau, l’hypophyse.

Les maladies de la thyroïde sont fréquentes dans la population. Il existe des maladies hormonales : la thyroïde peut soit fonctionner de façon trop ou au contraire pas assez intense, on parle alors d’hyper ou d’hypo-thyroïdie. Par ailleurs, il existe des pathologies morphologiques : la thyroïde augmente de volume, il s’agit du goitre, ou encore peut être le siège de nodules, voire de cancer.

Pour étudier la thyroïde et son fonctionnement, les médecins disposent :

–           de l’examen clinique par la palpation de la glande

–           de dosages sanguins hormonaux (TSH, T3, T4, anticorps spécifiques…)

–           de l’échographie thyroïdienne

–           de la scintigraphie

–           de la ponction cytologique en cas de nodule.

L’hyper-thyroïdie correspond à un excès de production d’hormones thyroïdiennes, ce qui retentit sur le corps avec l’apparition de nombreux symptômes : tachycardie (rythme cardiaque accéléré), perte de poids malgré un appétit augmenté, diarrhée, nervosité  et irritabilité, troubles du sommeil… Les symptômes ne sont pas forcément tous présents.

La cause la plus fréquente d’hyperthyroïdie est la maladie de Basedow, favorisée par la consommation de tabac. Il s’agit d’une maladie auto-immune.  Une autre cause d’hyperthyroïdie est l’existence de nodule sécrétant des hormones thyroïdiennes.

 

A contrario, dans l’hypothyroïdie, le manque d’imprégnation en hormones thyroïdienne provoque un hypo-métabolisme, le corps fonctionne au « ralenti » : fatigue, prise de poids, constipation,  frilosité, myxœdème (peau œdématiée, grosse langue…), cheveux cassants,  tendance à la dépression

Les causes sont multiples, on peut citer par exemple : la thyroïdite d’Hashimoto, la thyroïdite de Quervain, un effet secondaire de certains médicaments (lithium, traitements iodés…)

 

Le goitre correspond à une augmentation du volume de la thyroïde qui peut être visible à l’œil nu. Il faut différencier le goitre simple, souvent familial, du goitre nodulaire (présence importante de nodules). Une surveillance par échographie est nécessaire, avec parfois une indication chirurgicale.

Parfois, quand le volume est très augmenté, le goitre peut être compressif : c’est-à-dire qu’il comprime les organes avoisinants à cause de sa taille : cordes vocales, trachée, œsophage ou nerf récurent.

Enfin, les tumeurs thyroïdiennes peuvent être bénignes (nodules) ou malignes (carcinomes de la thyroïde). Les nodules sont très fréquents. On en distingue plusieurs types en fonction de leur taille, de leur caractère bénin ou malin, du fait qu’ils sécrètent ou non des hormones… ce qui impose une surveillance et un traitement au cas par cas.

C’est le médecin endocrinologue qui assure le suivi des pathologies de la thyroïde. Selon les cas, les traitements seront différents : ablation chirurgicale de la thyroïde, supplémentation en hormones, traitement par iode radioactif ou antithyroïdiens de synthèse…