L’herpès

Contracté dans l’enfance, le plus souvent sans que l’on s’en aperçoive, le virus de l’ herpès reste en veille dans l’organisme et se réactive de manière récurrente. On en distingue deux variantes : le HSV1, responsable de l’ herpès survenant sur la partie haute du corps (visage), et le HSV2, à l’origine de l’herpès génital.

 

Quels sont les facteurs de risques ?

Le soleil ou le froid, le stress, la fatigue, les règles, une autre infection source de fièvre, les suites d’une opération ou encore la prise d’un traitement à base de corticoïdes ou d’immunosuppresseurs peuvent constituer autant d’éléments déclencheurs. Une fois identifié le facteur de risques chez l’individu, il conviendra pour ce dernier d’y être particulièrement vigilant.

 

Comment cela se manifeste-t-il ?

Les signes annonciateurs d’un herpès labial ou nasal sont l’apparition d’une rougeur, accompagnée d’une sensation de chaleur et de picotements, jusqu’à l’apparition de vésicules en bouquet. Ces dernières vont finir par se rompre, libérant un liquide avant de former une croûte qui devrait tomber après quelques jours. Compter une dizaine de jours supplémentaires pour cicatrisation totale.

 

L’herpès génital peut quant à lui apparaître sur les organes génitaux eux-mêmes ou sur les zones périphériques (cuisses, fesses, anus). Les symptômes précurseurs sont sensiblement les mêmes, auxquels s’ajoutent fréquemment des douleurs en urinant, une sensation de fourmillement ou d’engourdissement, des maux de tête ou de ventre ou encore des courbatures. Chez la femme, cela peut également s’accompagner de pertes vaginales ou ne présenter aucun signe apparent si l’herpès est localisé dans le vagin ou sur le col de l’utérus. Lorsqu’elles se rompent, les vésicules forment des plaies à vif qui peuvent être douloureuses. Prévoir deux à trois semaines pour la cicatrisation chez la femme, un peu moins chez l’homme sauf si les vésicules sont situées sur les testicules.

 

Est-il nécessaire de consulter?

Généralement, l’herpès peut être traité par automédication. Le pharmacien délivrera une crème antivirale pour limiter la propagation du virus et la durée de la poussée, associée à une crème anesthésiante pour soulager la douleur.

Il devient nécessaire de consulter en cas de poussée plus importante que d’ordinaire ou particulièrement fréquente (plus de six fois par an), de doute sur la nature des vésicules ou en l’absence de cicatrisation au bout de dix jours.

Il est vivement recommandé de consulter dans les 24h si l’herpès est associé à de fortes fièvres, des douleurs oculaires, de perte de vision ou si la personne concernée est immunodéprimée.

 

Comment prévenir la transmission ?

L’herpès est très contagieux.

Situé sur le visage, éviter de le toucher et de se frotter les yeux, d’embrasser les autres (en particulier les enfants), utiliser ses propres linge de toilette et produits cosmétiques, ne pas partager son verre et reporter – sauf urgence – les soins concernant le visage.

L’herpès génital se transmet quant à lui lors des relations sexuelles et actes bucco-génitaux. Il peut également être transmis de la mère à l’enfant lors d’une grossesse.