ECG, qu’est ce que c’est ?

Rapide, non invasif, absolument indolore et sans aucune contre-indication, une électrocardiographie (ou ECG) correspond à l’examen qui enregistrement de l’activité électrique du cœur en fonction du temps. Une dizaine d’électrodes placés à la surface de la peau au niveau des chevilles, des poignets et sur la poitrine des patients détectent les variations électriques et les transmettent à l’électrocardiographe, l’appareil de mesure. Même si l’ECG est facile à mettre en œuvre (peut être fait au cabinet, à l’hôpital, voire au domicile), son interprétation reste cependant complexe et requiert une certaine expérience du clinicien. Par extension, les médecins parlent d’ECG pour désigner le tracé sur papier ou sur l’écran (électrocardiographe).

L’ECG fournit des renseignements sur la santé du cœur. Il est utilisé en prévention (bilan de santé, avant une opération chirurgicale lourde, avant d’instaurer certains médicaments…), en cas de douleur thoracique et dans certaines maladies cardiovasculaires (infarctus du myocarde, hypertension artérielle, endocardite…). Un ECG normal n’élimine en aucun cas une maladie du cœur. Un ECG anormal peut être également tout à fait anodin. L’ECG apporte au médecin des arguments supplémentaires pour confirmer son diagnostic.

L’activité électrique du cœur est liée aux variations de potentiel électrique des cellules spécialisées dans la contraction, des cellules spécialisées dans l’automatisme cardiaque (regroupées dans des structures appelées « nœuds ») et la conduction des influx électriques. Dans un tracé typique, cinq cassures répétitifs appelés « ondes » se dégagent : les ondes P, Q, R, S et T. A chaque onde et à chaque intervalle entre ces ondes (correspondant à des durées) correspondent des phénomènes cardiaques majeurs. Par exemple, le complexe QRS marque la durée et la qualité de la dépolarisation, et de la contraction ventriculaire. Un rythme cardiaque normal est dit « sinusal » parce que l’activité cardiaque est sous contrôle du nœud sinusal.

L’intervalle QT correspond à l’ensemble de la dépolarisation et de la repolarisation ventriculaire (temps de systole électrique). Sa durée varie en fonction de la fréquence cardiaque, il diminue quand la fréquence cardiaque augmente et augmente quand la fréquence cardiaque diminue. Son allongement voire son raccourcissement est lié dans certaines circonstances à l’apparition d’un trouble du rythme ventriculaire complexe nommé « torsades de pointes » potentiellement mortel.