Les allergies professionnelles

Il existe de nombreuses maladies professionnelles. Parmi elles, les allergies figurent en tête, notamment les allergies cutanées et respiratoires. Généralement, ces allergies ne sont pas graves ; néanmoins, elles sont pénibles à vivre. Parfois elles obligent même les professionnels concernés à changer de métier.

 

Les professionnels les plus exposés

Les corps de métier les plus exposés aux allergies professionnelles sont :

  • le personnel de santé (latex, produits antiseptiques) y compris les vétérinaires (avec les poils et les plumes),
  • les agriculteurs (pesticides),
  • les ouvriers du bâtiment (vernis et solvants pour les peintres, ciment pour les maçons),
  • les coiffeurs (persulfates et teintures),
  • les boulangers (farine),
  • ceux qui travaillent dans les industries :
    • de matières plastiques,
    • du bois (poussière),
    • de caoutchouc et de résine.

Néanmoins, de nombreuses autres professions peuvent être concernées.

 

Les allergies professionnelles les plus souvent rencontrées

Les atteintes allergiques qu’on rencontre le plus au niveau professionnel sont :

  • les allergies cutanées telles que l’eczéma et l’urticaire,
  • les allergies respiratoires comme l’asthme ou les rhinites allergiques,
  • les atteintes oculaires avec des conjonctivites (inflammation de l’œil), des œdèmes des paupières, des larmoiements, etc.

 

Prévenir les allergies professionnelles

Pour prévenir les allergies professionnelles, il est nécessaire d’une part d’identifier les allergènes responsables (prévention primaire), d’autre part de protéger les personnes qui y sont exposées (prévention secondaire).

Cela passe par l’aménagement des postes de travail (prévention tertiaire) voir le changement de poste. Si c’est nécessaire, cela doit se faire le plus rapidement possible car les allergies peuvent s’installer et parfois devenir irréversibles.