Le détartrage

Le tartre, qu’est-ce que c’est ?

 

Le tartre résulte d’un durcissement de la plaque dentaire. La plaque dentaire correspond à un dépôt formé par des débris alimentaires et de bactéries attirées par ces aliments. Elle se forme à la surface des dents et à la jonction des gencives. Si elle n’est pas éliminée par un brossage régulier, après chaque repas, elle va durcir. Lorsqu’elle se transforme en tartre, elle devient de plus en plus difficile à éliminer et l’intervention du dentiste est alors nécessaire.

Pourquoi éliminer le tartre ?

 

Il existe trois raisons principales à la réalisation d’un détartrage :

– La motivation peut être esthétique car le tartre peut donner une coloration disgracieuse jaune-marron aux dents.

– Le tartre peut être un obstacle à la cicatrisation de lésions parodontales.

– Enfin, et la raison la plus importante, la tartre créé un environnement favorable aux bactéries pathogènes. Il joue alors un rôle prépondérant dans l’apparition, le développement mais aussi les récidives des infections gingivales et parodontales.

 

Quels sont les moyens dont dispose le dentiste pour enlever le tartre ?

 

– Les appareils à ultrasons : C’est la technique la plus fréquemment employée. Les appareils sont munis d’une petite lame recourbée que l’on glisse le long de la surface dentaire. Les fines vibrations de l’appareil vont venir détacher le tartre de la dent.

– Les instruments mécaniques : Il en existe de nombreuses sortes. Ce sont les curettes parodontales. Elles permettent de détacher le tartre en le grattant et sont le plus souvent utilisées en complément des ultrasons.

D’une manière générale, le détartrage se termine toujours par un polissage des dents réalisé à l’aide d’une petite brossette rotative préalablement enduite d’une crème légèrement abrasive qui va laisser une surface dentaire plus lisse. Elle permet également d’éliminer les tâches dentaires restantes.

 

Quelles sont les contre-indications à la réalisation d’un détartrage ?

 

Elles sont liées aux risques d’exposition du patient aux bactéries mais aussi au saignement que le détartrage peut engendrer. Il faudra le proscrire chez les patients :

– porteurs de prothèses valvulaires

– porteurs d’implants intracardiaques

– ayant des antécédents de cardiopathie, de lésions valvulaires

– présentant une immunodéficience

– diabétiques non équilibrés

– sous traitement anticoagulant

– hémophiles ou ayant des troubles de l’hémostase

 

A quelle fréquence faut-il procéder à un détartrage ?

 

La fréquence est très variable d’un individu à un autre car la vitesse de formation du tartre n’est pas la même chez tout le monde et dépend du brossage mais aussi de facteurs propres à chacun telle que leur salivation. De plus, certaines personnes sont plus sensibles aux parodontites ou aux gingivites. Dans ce cas, un détartrage peut être conseillé 3 à 4 fois par an. D’une manière générale, chez les personnes n’ayant pas de prédisposition à la formation de tartre, un détartrage une fois par an, en même temps qu’une visite de contrôle de l’état dentaire sera indiqué.

 

Quels sont les facteurs de prédisposition à l’apparition de tartre ?

 

– L’âge : les personnes âgées sont plus exposées.

– La sécheresse buccale : elle peut être influencée par l’âge, certains médicaments

– Le tabagisme

– Un traitement orthodontique

– Le stress