Implants: déroulement du traitement

La mise en place d’implants dentaires est un acte chirurgical important qui nécessite un protocole d’intervention bien défini. Il commence par une première visite préalable qui est l’occasion de faire un bilan puis se décompose en trois phases bien distinctes :

– Une première phase de chirurgie dentaire

– Une phase d’ostéointégration

– Un dernière phase de pose de l’implant dentaire

 

Bilan préalable :

 

L’examen préalable à la mise en place d’implants dentaires demande une consultation par le chirurgien-dentiste ainsi que des examens radiologiques.

 

La consultation permet d’évaluer l’état dentaire du patient, d’apprécier la qualité de la muqueuse gingivale et de rechercher les éventuels foyers infectieux dentaires ou parodontaux. Ceux-ci devront impérativement être traités avant l’intervention. Elle sera également l’occasion pour le patient de mentionner à son chirurgien toutes ses allergies connues ainsi que ses antécédents médicaux afin que ce dernier puisse déterminer si une contre-indication à la pose des implants existe.

Les examens radiologiques sont indispensables au chirurgien-dentiste pour lui permettre de préparer son intervention. Ils lui permettront de rechercher la présence de foyers infectieux dentaires ou osseux non mis en lumière par la simple consultation. Il recherchera également la quantité et la qualité de l’os présent sur le futur site d’emplacement de l’implant.

Lorsque l’os nécessaire à la pose des implants n’est pas en quantité nécessaire, il faudra que le patient passe par une étape préalable de chirurgie pré-implantaire pendant laquelle le chirurgien-dentiste effectuera une greffe osseuse. La greffe osseuse permet d’augmenter la hauteur de l’os ou sa largeur.

 

La phase de chirurgie dentaire

 

Le chirurgien-dentiste commence par écarter la gencive du patient de manière à entrevoir l’os sous-jacent. Lorsque l’os est bien visible et libre, il peut alors y visser l’implant. L’intervention se pratique dans des conditions d’asepsie rigoureuses et requière une anesthésie locale ou générale. Après la mise en place de l’implant, le dentiste procède à une suture de la gencive à l’aide de fils résorbables. Dans la semaine qui suit l’intervention, il peut être demandé au patient d’utiliser des bains de bouche pour éviter toute infection et de manger liquide ou mou. Le chirurgien a besoin d’environ 30 minutes par implant.

 

La phase d’ostéointégration

 

C’est le processus biologique permettant à l’implant dentaire de s’intégrer complétement dans l’os maxillaire ou mandibulaire de la mâchoire. Un remaniement des cellules s’opère autour de l’implant l’ankylosant et l’empêchant de bouger.

 

La phase de mise en place de l’implant

 

4 à 6 mois plus tard suivant la position de l’implant, lorsque l’ostéointégration a eu le temps d’être réalisée, les implants sont découverts et une vis est mise en place pour la mise en fonction. Le chirurgien-dentiste vérifie alors que l’ensemble soit bien stable dans l’os et la prothèse à proprement parlé est alors réalisée.